• العربية
  • research
  • Points de vente
  • newsletter
  • my skin

Skin life blog

Capillaire

L’alopécie a 2 visages.
Le saviez-vous ?

Le nombre de traitements capillaires contre les problèmes de chute de cheveux ou de manque de densité ne cesse d’augmenter. Où donner de la tête face à ce très large choix ? Découvrez les 3 questions clés à se poser avant de choisir son traitement.

20 MILLIONS DE PERSONNES CONCERNÉES PAR LES PROBLÈMES CAPILLAIRES

Les 2 problèmes capillaires majeurs sont la chute de cheveux et le manque de densité. Qu’ils soient d’ordre physiologique (saisons, grossesse, génétique, âge) ou mécanique (traction trop forte), ces problèmes sont souvent liés à une dérégulation du cycle de vie du cheveu. Lors d’un cycle normal, le cheveu pousse, puis entre en phase de stabilisation, avant de tomber. Mais parfois ce cycle se dérègle, la chute survient plus rapidement, ou le cheveu tarde à repousser. Seul un professionnel de santé peut vous aider à faire le bon diagnostic pour choisir le bon traitement. Coline Verschueren, pharmacienne pour les laboratoires Vichy Dercos, et Alain Hababou, pharmacien chez Parispharma à Paris, reviennent sur les 3 questions clés à se poser avant de choisir son traitement.

1. QUELLE EST L’IMPORTANCE DU DIAGNOSTIC ?

A. H. : Je reçois au quotidien des personnes en quête de solutions ; leur premier réflexe lorsqu’ils perdent leurs cheveux est très souvent d’acheter un antichute. Ce n’est pas forcément la bonne réponse. Il existe en effet différents types de produits adaptés à chaque problème, et celui de la chute est différent de celui du manque de densité. La clé d’un traitement réussi, c’est avant tout de se faire accompagner par un professionnel de santé pour poser le bon diagnostic.
C. V. : En effet, il est important de bien identifier le problème pour choisir le traitement ciblé et obtenir le meilleur résultat : il est tout à fait normal de perdre entre 50 et 100 cheveux par jour. Si la perte de cheveux est plus conséquente, il peut s’agir d’une
chute avérée qu’il faudra traiter avec un antichute. Le manque de densité, quant à lui, est caractérisé par une chevelure clairsemée: une raie plus visible, des golfes dégarnis, des lobes temporaux visibles. Il faudra alors conseiller un autre type de traitement.

2. QUEL TRAITEMENT CHOISIR ?

A. H. : Il y a beaucoup de choix. Mais en tant que pharmacien, je mets un point d’honneur à conseiller les produits ayant bénéficié de nombreuses années de recherche et dont l’effi­cacité a été prouvée par des tests exigeants effectués en milieu hospitalier. 

C. V. : Les années de recherche comptent en effet tout autant que la
méthodologie d’évaluation des performances des traitements. On peut réaliser des tests, in vitro et in vivo, mais les tests les plus fiables sont ceux réalisés vs placebo sous contrôle dermatologique, en milieu hospitalier et sur un nombre de sujets permettant d’avoir des résultats significatifs.

3. QUELLE GARANTIE D’EFFICACITÉ ?

A. H. : L’efficacité est ce que tous mes clients recherchent, et parfois ils sont insatisfaits. Dans certains cas, c’est lié à une mauvaise observance. Il est important de bien faire comprendre que le produit miracle n’existe pas. Le cheveu demande du temps pour pousser. Régularité, persévérance et observance sont les clés de l’efficacité.

C. V. : Effectivement, il faut respecter le cycle naturel du cheveu. Lorsque le cheveu tombe, il met entre 2 et 12 mois pour repousser. Pour observer les premiers résultats, il faut attendre un mois et demi pour un traitement antichute, et 3 mois pour un traitement de densification capillaire.

Les solutions Vichy