This site is currently under maintenance.
Some features of contributions and enrollment are not available.
All these features will soon be available again.

This site is currently under maintenance.

Some features of contributions and enrollment are not available.
All these features will soon be available again.

    
  • العربية
  • research
  • Points de vente

Skin life blog

Capillaire

Comment identifier une chute de cheveux
anormale ou excessive ?

100, 200, plus ? Les cheveux laissés sur votre oreiller ou dans le lavabo semblent se multiplier chaque jour. Vous vous demandez si c’est normal ou si vous perdez vos cheveux ? Que faire ? Agir avant que l’alopécie se transforme en calvitie.

À PARTIR DE COMBIEN DE CHEVEUX PEUT-ON PARLER D’ALOPÉCIE ?

Commençons par définir la perte de cheveux « normale ». Pascale Mora nous donne un ordre d’idée. Selon elle, « 90 à 95 % des cheveux d’une personne en bonne santé sont toujours en phase de croissance. Les 5 à 10 % restants sont inactifs et prêts à tomber. » Mais Pascale nous rassure : « Heureusement, les follicules capillaires sont indépendants les uns des autres pour que nous ne perdions pas tous nos cheveux en même temps ! » Il n’en reste pas moins que nous en perdons quelques dizaines par jour.

DE COMBIEN DE CHEVEUX POUVONS-NOUS NOUS PASSER ?

« Il est normal de perdre 50 à 100 cheveux par jour. Ne vous alarmez pas si vous trouvez quelques dizaines d’entre eux sur votre brosse. En revanche, si votre oreiller en est couvert au réveil ou si vous en retrouvez une poignée dans la douche, il est probable que vous en perdiez trop. »

APRÈS LE SOLEIL … LA CHUTE DE CHEVEUX

En raison de l’influence de l’exposition saisonnière au soleil sur les hormones stéroïdiennes, tous les mammifères, y compris les humains, ont tendance à perdre davantage de poils ou cheveux à l’automne. Et la testostérone, l’hormone masculine qui accélère la croissance pilaire chez les hommes, contribue également à une chute de cheveux quotidienne plus marquée.

CHUTE DE CHEVEUX, QUAND LES HORMONES S’EN MÊLENT

Les variations hormonales sont à l’origine d’une perte importante de cheveux que les jeunes mamans subissent souvent. En effet, les cheveux qui auraient dû tomber pendant les neuf mois précédents sont retenus par les hormones de grossesse. Lorsque les niveaux d’œstrogène reviennent à la normale après l’accouchement, ces cheveux perdent leur attache hormonale et tombent. Ce processus temporaire se régule généralement au bout de quelques mois.

LES POIDS DES SOUCIS, AUSSI

Un choc physique ou émotionnel (décès, divorce, opération chirurgicale majeure) peut provoquer une chute soudaine de cheveux trois à quatre mois après l’événement en question. Là aussi, les hormones sont les coupables, mais au fur et à mesure que l’organisme et le moral se rétablissent, les cheveux reprennent leur cycle habituel.

PERTE DE CHEVEUX, COMMENT REPRENDRE LE CONTRÔLE ?

Si vous perdez une quantité de cheveux qui vous semble importante, ne cédez pas à la panique, mais réagissez en faisant un premier diagnostic ici et en demandant conseil à votre pharmacien. Il saura vous orienter vers le traitement le mieux adapté à votre situation capillaire.

PRENDRE LE PROBLÈME À LA RACINE

Si la chute est vraiment soudaine ou sévère, n’hésitez pas à consulter un dermatologue. Il pourra déceler des problèmes ou pathologies sous-jacents (carence en fer, troubles thyroïdiens ou hormonaux, effets secondaires de certains médicaments...) qui peuvent contribuer à la chute de cheveux.

Les solutions Vichy